La Revue des deux îles 2015

La Revue des deux îles 2015

Houat et Hoedic au XVIIIe siècle révélées par les registres paroissiaux 

Claude Mauffret

L’étude des registres paroissiaux des deux îles au XVIIIe siècle donne des informations intéressantes sur leurs habitants à cette époque. Les informations principales recueillies concernent le niveau d’instruction et les professions, le nombre d’habitants, les patronymes, les naissances, les décès et parfois leurs causes, l’espérance de vie, les mariages. Ce panorama permet de connaître un peu mieux cette population courageuse qui a réussi à faire face à des conditions de vie très difficiles. 

Marie Le Franc et l’énigme du Lys de l’île de Houat 

Françoise Morvan

Melvan reçoit un jour un article rédigé par un écrivain bien oublié, Marie Le Franc, sur un manuscrit d’un romancier plus oublié encore, Gustave de Parseval. Intitulé Le lys de l’île de Houat, le manuscrit reste introuvable mais l’article de Marie Le Franc (1869-1964) qui évoque son voyage à Houat, donne envie d’en savoir plus long sur cet auteur vannetais parti au Québec... une enquête qui se révèle passionnante. 

La vie à Houat et à Hoedic au Siècle des lumières 

Jean-Stéphane Betton

Au Siècle des lumières, les îles de Houat et Hoedic n’intéressent que les autorités militaires et ecclésiastiques. Les premières, face à l’ennemi anglais, ont pour mission de mettre les côtes du Royaume en état de défense. Les secondes sans renoncer au paiement de la dîme due à l’abbaye de Saint Gildas, dépêchent de Vannes des prêtres instruits et dévoués qui viennent partager la rude existence des îliens pour leur offrir peut-être la consolation des âmes dans la prière et le travail. Cette population que Monsieur Detaille décrit comme “une petite peuplade qui vit avec bonne foi et simplicité, tel qu’on se représente les premiers hommes”, subit pourtant durement le poids des guerres, des réquisitions et des impôts. 

Mythologie et biologie des anatifes et de quelques autres crustacés bizarres 

François de Beaulieu

D’étranges crustacés marins ont suscité une abondante littérature qui va des théologiens médiévaux aux orientalistes les plus curieux, en passant par Charles Darwin. Quels liens entre la religion mycénienne, les légendes irlandaises et les canards ? S’il est vain de chercher l’origine des légendes, il est possible de mieux connaître les espèces qui leur servent de support et de lever un coin du voile sur leurs généa- logies controversées. 

De la Rose des Vents à l’Erwan-Tiphaine II, pêcheur de bars à Hoedic 

Christian Allanic

Christian est pêcheur à Hoedic, incontournable arpenteur du chemin qui mène du port au village. Après un parcours dans la marine mar- chande, il nous raconte sa pêche, celle du bar au bahot (palangre) qui se substitue à la pêche au casier des anciens. Le bahot permettait de faire de belles prises en respectant la ressource, jusqu’aux excès d’une surpêche non sélective avec l’arrivée des pélagiques. Une vie de pêcheur, ponctuée d’incidents qui auraient pu être dramatiques, l’amène à réfléchir sur l’évolution de cette activité à Hoedic, alors que l’île connaît une période de mutation économique. 

Fortifications des îles de Houat et d’Hoedic au XIXe siècle 

Pierre Buttin, Henri Buttin

Conçues au début du XIXe siècle pour remplacer les fortifications de Vauban et du duc d’Aiguillon, les nouvelles fortifications des îles d’Hoedic et de Houat ne seront bâties qu’un demi-siècle plus tard, entre 1846 et 1856, sur des plans qui n’avaient guère évolué depuis Vauban. Le canon rayé, l’« obus torpille », les rendent aussitôt obso- lètes. Jamais occupées, elles seront désarmées en 1875 puis déclas- sées en 1889 et vendues par les Domaines pour être démolies. Pour les populations insulaires, ces constructions ont bouleversé un mode de vie reclus, réglé autour de leurs recteurs. Le fort d’Hoedic survivra à ce destin et constitue aujourd’hui un pôle d’attraction pour l’île. 

Évolution des paysages et du patrimoine naturel des îles de Houat et d’Hoedic 

Arnaud Le Nevé

Les îles de Houat et d’Hoedic sont d’une grande richesse naturaliste que l’on ne retrouve plus sur le continent. Elles abritent beaucoup d’espèces pour un petit territoire, parmi lesquelles certaines écolo- giquement exigeantes, protégées ou menacées de disparition. Cette diversité est propre à des milieux naturels qui ont évolué rapidement au cours des quarante dernières années, avec disparition et appa- rition d’espèces. Le patrimoine naturel des deux îles est un atout majeur pour leur développement mais il demeure fragile. Sa préser- vation est un défi pour les collectivités et pour chacun d’entre nous. 

Harris, un Kabyle si Breton... 

Jean-Jacques Richard, Anne Frichet, Alain Vielvoye, Aristide Lévi (Coordination A. Lévi)

Harris est né en 1912, non loin des rives sud de la Méditerranée. Il s’éteindra 93 ans plus tard au bord de l’Atlantique, après avoir durablement inscrit sa vie dans le triangle Vannes - Houat - Hoedic. Qui est cet homme aux yeux de la couleur du ciel, dont le souvenir reste pour beaucoup associé aux vareuses, marinières et pulls marins, qu’ils portent encore, et pour certains au fumet des savoureux couscous dont il avait le secret ?

Sterflant, un site archéologique sous haute surveillance à Hoedic 

Marie-Yvane Daire, Pau Olmos, Loïc Langouet 

Le site archéologique de Sterflant, sur le littoral sud de l’île d’Hoedic fait l’objet d’un suivi depuis 2010, compte tenu de sa position très exposée et de sa dégradation régulière. Les principales opérations réalisées ont été une série de sondages et relevés sur les structures dégagées dans l’estran. La vulnérabilité de ce site face aux dégradations naturelles a conduit les chercheurs à engager une nouvelle opération de relevés, destinée à sauvegarder un certain nombre d’informations avant la disparition totale des vestiges visibles, en mai 2014 puis en novembre de cette même année. 

 

Commander :

Format 16x24 - 198 p. - ISSN : 1768-5834 - 20,00 €

Disponible à la vente dans les commerces des deux îles
Disponible à la vente en ligne (Paypal)


 

Partager :

Les autres numéros de la Revue des deux îles